Aller au contenu












Note n°4 : Les Démons de Yokae


  • Ce sujet est fermé Ce sujet est fermé
Aucune réponse à ce sujet

#1 Posté 03 August 2018 - 08:51 PM Par Kalin

  • Kalin
  • Maître du jeu
  • Aussi doux qu'un câlin

  • 208 messages

Image IPB


La fin de Yokae : Il y a 20 ans, les trois grandes entreprises Konami Industrial Illusion Corporation, Hashimoto et Visual Futur soumettent la proposition au maire de la Vermilion City l’époque, Kayuya Lony, d’investir dans un projet colossal sous le nom de «Monster Zone». Le but de ce projet est de privatiser une large zone de la City pour la dédier entièrement au duel de monstre, afin d'organiser une future compétition pour le jeu de cartes, qui permettrait à Vermilion City de se hisser parmi les plus attractives villes du Japon. Afin de concrétiser le projet, un référendum est lancé et se conclut par le score serré de 55 % des voix pour le «oui».
Le projet débute donc le 9 octobre 1998, sur la rive Nord de la City, nommé Yokae City, avec pour objectif de s'achever en 2008. Cependant, en 2002, tandis que la ville est en travaux depuis quatre ans, les débuts d’une lourde crise financière font surface... une politique d’austérité est mise en place... et les travaux doivent brutalement être interrompus, laissant alors des quartiers complets paralysés par des constructions inachevées en plus des des routes et espaces bloqués. En l'espace d'une année, le Japon se retrouve paralysé par les banques et le projet s'enlise dans la boue. Dans les rues, des manifestations éclatent et la colère des habitants monte. D'émeute en émeute, la violence s'installe progressivement à Yokae. Alors que la police demeure impuissante face à la situation qui dégénère, les constructions en cours sont détruites et les ouvriers chassés. Ainsi, le 13 Avril 2003, un traité est signé par la tête du gouvernement de la City, en accord avec l'Etat, stipulant la séparation entre la rive Sud et la rive Nord de la ville.
Du jour au lendemain, les gardiens de l'ordre de tous les secteurs se retirent de Yokae laissant la ville à son sort. Sans règles, la zone se dégrade d’années en années et des gangs font leur apparition pour édicter leurs lois. A Thôjo, la situation de Yokae est étouffée par les médias, même si certains journalistes ardus s'entêtent à se rendre sur le terrain pour lancer des scandales. C’est d’ailleurs l’article du journaliste Andreï Himisha : Les démons de Yoake, révélant au grand jour l'activité des gangs, qui transformera le nom de la ville dans le langage courant en «Demon Area».



Vivre à la Demon Area : Contrairement aux idées reçues, la vie à la Demon Area ne se résume pas à l'apocalypse. Bien que la criminalité y soit particulièrement forte, la Demon reste une ville fonctionnelle, avec ses habitants et ses infra-structures. Simplement, elle fonctionne comme une ville abandonnée de l'ordre où chacun fait sa propre justice. La ville est en guerre civile, et il y a des zones pacifiques et des zones de conflit qui sont bien définies par les gangs. Dans les zones pacifiques, les habitants y mènent leur vie comme tout le monde. En guise de comparaison, il faut imaginer que les endroits les plus sûrs de la Demon soient un peu comme la vie dans les quartiers dits «chauds» en France. On y vit, mais il n'est pas impossible de se faire descendre pour une connerie à un coin de ruelle, en sachant qu'à la Demon, la police n'est plus qu'un vaste souvenir. A Yokae, il faut tout faire soi-même si on ne se rallie pas à un gang. Il n'y a plus personne pour diriger la ville, car les groupuscules politiques passent le plus clair de leur temps à s'entre-bouffer plutôt qu'à proposer des programmes concrets et efficaces dans l'amélioration des conditions de vie.


Les gangs : Dans cet horizon de conflit, duel est devenu la loi ultime de la ville. Lorsque la ville a été abandonnée de la police, une multitude de groupes armés ont vu le jour à la Demon Area, alors que certains n'avaient que le crime comme motivation, d'autres prétendaient à des objectifs plus politisés. Dans tous les cas, on peux désormais dire que ces gangs ont remplacé l'ordre et la justice. La guerre des gangs a donné naissance à la «Zone» qui est le quadrillage virtuel de la Demon Area, découpant la ville en 8 zones (de A à H) chacune comprenant 9 quartiers. Actuellement, la majorité des gangs se sont fait anéantir pendant les dernières années de guerre, écrasés par le groupe montant des Red Necks.


Les Red Necks sont dirigés par Léon Murakami, un homme qui revendique l'indépendance et l'unification de Yokae. C'est le plus puissant groupe armé de la Demon Area. Le gang des Red Necks comprend dans sa globalité 54 915 membres ; dont ~40 000 combattants actifs sur les zones de guerre et ~10 000 éparpillés dans la City. Le gang des Dead Brothers, un de leurs alliés, comprend environ 6 000 membres. Le gang des Shadow Birds, un de leurs alliés, comprend environ 4 000 membres. Le gang des Dirty Skins, un de leurs alliés, comprend environ 2 000 membres. Le gang des Skeleton Crew, un de leurs alliés, comprend environ 2 000 membres. Il y a ensuite des groupuscules de quelques centaines de personnes, un peu partout, qui s'allient d'une manière ou d'une autre aux red necks. Il faut savoir que 90% des gangs ont été anéantis ou intégrés aux Red Necks ou aux Frozen Souls, les 4 dernières années, dans la guerre des gangs. Les Red N. qui ont plus d'ancienneté, sont de base plus puissants.
Les armes artisanales (c'est à dire n'importe quoi. N'importe quel matériau combiné à un autre fait une arme, exemple, une batte avec des clous) - Les armes à feu (cela va de tout type de pistolets à, mais bien plus rares, quelques mitrailleuses ou lances-grenades. Encore une fois, les armes élaborées sont rares) - Les armes militaires & véhicules (du matériel volé, détourné, trafiqué. Donc là du lance-roquettes, jeep, V. de reconnaissance)
Enfin, les disques de duel sont aussi des armes, car il faut se souvenir que le duel passe avant TOUT (pour ceux qui respectent ce code. C'est à dire presque tout le monde, même s'il y a des fils de putes partout). Là, les disques sont en général bidouillés, artisanaux...








0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)